Connaissance de soi

Qui êtes-vous vraiment ?

qui_etes_vous_vraiment_les_fees_de_la_conscience

     Pour cet article, j’ai envie de prendre le problème à l’envers, pour retomber sur nos pattes. Si je vous vous croisais dans la rue et que je vous demandais qui vous êtes, vous me répondriez sûrement votre nom, votre métier et votre âge.
Mais si je vous observais un peu, je pourrais voir comment vous vous estimez d’après plusieurs éléments visibles (votre physique, vos possessions matérielles …)  

Et si je vous disais que vous n’êtes pas tout ça? Que tout ça ne sont que des projections de ce que vous croyez être? Une illusion de votre identité ? Si je vous demandais qui vous êtes vraiment, que me répondriez-vous ?

     ★ Vous n’êtes pas votre métier !

     C’est quelque chose dont je me rends compte de plus en plus et qui me dérange énormément. On se définit souvent par notre métier, comme si cette place dans la société pouvait rendre une personne supérieur à l’autre et inversement.
Mais nous ne sommes pas notre métier et notre voisin, patron, frère, soeur, compagnon, ne l’est pas non plus.

Notre métier n’est qu’une des choses que nous faisons et nous sommes bien plus que ça.  Or à la question bien connue : « qu’est ce que tu fais dans la vie? »  on répond quel métier nous exerçons.
Et surtout, nous répondons par « JE SUIS … » et non « j’exerce le métier de …. mais je fais aussi ça et ça, j’aime faire ça etc… » 

Et au lieu de poser cette question, pourquoi ne demandons-nous pas à l’autre en priorité : «Es-tu heureux(se) ?»

Ce besoin d’être rassuré

On est dans une société dans laquelle pouvoir s’identifier à notre métier nous rassure. On a une impression d’appartenance à un groupe et ça nous rassure de pouvoir dire qu’on fait tel métier.
Affirmer haut et fort quel métier nous faisons sous entend bien souvent « je ne me tourne pas les pouces, je suis actif dans la société » et « je réussis ma vie ».

Lorsque nous nous présentons à quelqu’un, la première chose qui sort de notre bouche après notre nom c’est le plus souvent notre métier (encore plus quand nous estimons que nous avons un métier valorisant).  Le métier que nous exerçons est un rôle que nous endossons lorsque nous l’exerçons. Ce n’est pas notre identité, ce n’est pas ce qui nous définit. 

C’est en grande partie pour ça, je pense, que les personnes au chômage ou qui se cherchent (cherchent leur voie), se sentent non seulement à part mais surtout, ont peur d’être jugées et surtout de ne pas avoir d’identité à donner à part leur nom! 

Parce que donner son nom, la plupart du temps, cela n’indique pas à la personne en face, dans quelle « cour on joue », quel rang on a. Cela n’indique pas si on est d’égal à égal, si l’autre est « supérieur » ou « inférieur » à nous….
Et souvent, lorsque l’on ne peut pas se comparer, on se sent inférieur. Malheureusement, nous évoluons dans une société (que nous avons créé), dans laquelle tout le monde (ou presque) se compare avec les autres, dans le but d’être meilleur, plus riche, plus ci, plus ça… Et quel dommage!

Mais c’est à nous de sortir de ce schéma que nous avons construit et que nous faisons vivre en y contribuant.

 

      A lire : Comment arrêter de juger ?

 

Qui êtes-vous vraiment métier les Fées de la conscience

     ★ Mon expérience personnelle

     J’ai souvent ressenti ça dans mon évolution personnelle et professionnelle.  Tant que j’étais étudiante, ça allait, je pouvais donner la direction dans laquelle je me dirigeais. Et encore, comme j’étudiais le théâtre et que je faisais des études pour être actrice, j’étais souvent regardée de travers parce que pour beaucoup de personnes, « ce n’est pas un vrai métier ». 

Cette voie ne me correspondait finalement pas. Je me suis alors cherchée et là…j’étais dans une période où une des choses que je redoutais le plus était la question : « qu’est ce que tu fais dans la vie ? ». J’évitais cette question à tout prix, de peur de devoir répondre : « ben rien, je cherche ce que j’ai envie de faire ». Je me sentais à part, comme si j’étais presque sans identité.

J’ai ensuite entamé des études d’architecture d’intérieur. Ah, enfin un vrai métier! Je vous avoue que j’étais fière, une fois mes études terminées, de dire que j’étais architecte d’intérieur. Je me sentais enfin bien intégrée dans la société.

Mais tout ça, ce n’était pas moi

Est ce que j’étais heureuse pour autant? Non, car ce n’était pas moi, ce n’était pas un métier qui me correspondait vraiment et je me suis rendue compte que tout ce dont j’avais envie, c’est contribuer au monde, à ma manière. Tant pis si c’est « à part », je sentais bien que rentrer dans une case, ce n’est pas pour moi, ce n’est pas moi.

C’est à partir de là que je me suis enfin formée à quelque chose qui me correspond vraiment et que j’ai décidé de créer mon métier à mon image. Maintenant, je suis fière de dire ce que je fais, même si c’est marginal et que ce n’est pas toujours compris. Je ne rentre pas dans un moule mais je suis fière de ça car je suis moi-même et que je me respecte. Parce que j’ai décidé d’arrêter de vouloir vivre une vie qui correspondrait plus aux autres qu’à moi-même, dans le but d’être acceptée. J’ai décidé de suivre mon coeur, je suis heureuse et n’est ce pas ça, finalement, un des plus grands objectifs dans la vie ? 

Le plus beau, c’est que je n’ai jamais eu autant de compliments de la part des personnes qui m’entourent, que maintenant. La raison est simple, je suis heureuse et bien dans mes baskets et ça se voit. C’est tout!

Ne vous enfermez pas dans une voie qui ne vous rend pas heureux

Alors ne vous enfermez pas dans quelque chose qui ne vous convient pas. Nous avons à apprendre de chaque situation mais lorsqu’on sent que ça ne va plus, rien ne sert de continuer.

Même sans un métier qui vous valorise, vous existez! Et vous existez bien plus lorsque vous suivez votre coeur et vos aspirations profondes.

 

      A lire : Comment trouver sa mission de vie ?

 

     ★ Allons plus loin

     J’ai pris cet exemple du métier parce que c’est quelque chose que j’observe souvent. Je suis dérangée par le fait que de savoir ce que fait un tel ou un tel comme métier nous donne l’impression de « connaître » cette personne et nous fait inconsciemment nous sentir supérieur ou inférieur.

Mais j’aurais aussi pu prendre cette question en parlant des possessions matérielles, du physique. Nous ne sommes pas tout ça. Avoir une belle voiture, une belle maison et une montre de luxe peut bien évidemment être plaisant. Mais la personne qui a tout ça, n’est pas « supérieure » à la personne qui vit très simplement avec peu de choses. Nous sommes tous et toutes des âmes vivant une expérience humaine, ce n’est pas le rôle qu’on joue dans la vie qui nous définit entièrement, ce n’est qu’une petite partie.

 

      A lire : Et toi, quel masque porte-tu ?

 

Je vous invite à vous poser cette question : Si vous n’aviez plus de métier, plus de possessions matérielles, seriez-vous différent? Ou inversement, si actuellement vous n’avez pas tout ça et si demain, vous les aviez : au fond de vous, seriez-vous différent?

Qui êtes-vous vraiment, au fond de vous lorsque vous sortez de tout rôle, de toute case ?

 

♡ Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et l’épingler sur pinterest.

 

qui-êtes-vous-vraiment pinterest

 

  1. Je suis pense que nous vivons dans une société où le paraître a énormément d’importance, même si je suis contre, avoir au moins de quoi vivre est obligatoire et devrait être à la portée de tous les hommes. Malheureusement ce n’est pas le cas, il y a beaucoup trop d’injustice et de différences entre les peuples ! Et qui ce préoccupe de ça ? Très peu de personnes !

    1. C’est très très triste oui…mais il faut se dire que c’est à nous tous de changer ça. Pensons à l’effet papillon, aucun petit geste ou action n’est inutile 😉

  2. Je suis bien d’accord, c’est pour ça que je pose maintenant mes questions sous cette forme « qui êtes vous? », ça laisse une certaine liberté de réponse !
    Mon frère, globetrotteur redoute ces questions et « qu’est ce que tu fais dans la vie », il répond, je m’amuse.

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    1. J’aime beaucoup la réponse de ton frère et si on répondait tous cela, ça voudrait dire qu’on serait tous heureux, ce serait tellement beau! 🙂

      1. Yeah vraiment beau

  3. Très bel article ! Je redoute aussi de plus en plus cette question, qui arrive quasi systématiquement quand je rencontre quelqu’un. En plus mon mec fait quelque chose qui a beaucoup de valeur socialement parlant aux yeux des gens, donc ils s’attendant toujours à ce que moi je fasse un truc de ouf. Du coup arrive ce moment où ils se tournent vers moi avec un grand sourire et les yeux plein d’espoir « et vous, vous faites quoi ? ». A force, je m’amuse à dire « je suis en transition » ou « rien du tout » avec un grand sourire. Radical haha !

    1. Haha super, tu as bien raison de répondre ça! Au moins ça cloue le bec direct et c’est réglé, les gens passent à autre chose 😉 Il vaut mieux s’en amuser! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *