Connaissance de soi

Et si nos défauts étaient en réalité des qualités ?

Qualité et défauts ne font qu'un

     Nous avons tous des qualités et des défauts, je pense ne rien vous apprendre en vous disant cela. Je précise bien « tous », même le pire dictateur a des qualités et même le plus grand sage a des défauts. Je n’aime pas le mot « défaut », je le trouve très réducteur et avec une connotation négative. Dans cet article je vais souvent parler de « part d’ombre » , qui est l’équivalent de ce que l’on appelle souvent « défaut ».

     ★ Au départ c’est une question de croyances

     Nous avons tendance à tout mettre dans des cases et, dans ce monde de dualité dans lequel on vit, à définir les choses selon notre perception du bien et du mal. Nous avons tendance à vouloir opposer, séparer tout ce que l’on peut. C’est précisément ce que nous faisons avec les « qualités » puisque nous avons inventé le mot « défaut » pour définir des qualités qui sont à éviter.

Nous avons tendance à croire que le courage est une qualité et que la lâcheté est un défaut. Que la patience est une qualité et que l’impatience est un défaut.
Mais l’un ne va pas sans l’autre, ce sont toujours deux facettes d’une même pièce. Sans impatience, la patience n’existe pas puisque nous n’aurions pas son opposé pour la définir et la reconnaître. Nous avons besoin de ce que l’on qualifie comme des défauts autant que ce que l’on qualifie comme des qualités. Sans l’un, l’autre ne peut exister car sans l’un et son contraire, nous ne serions pas complets.

Sans la lumière, il n’y a pas d’ombre et inversement.
En réalité, c’est un tout mais en tant qu’humain, nous les différencions car nous vivons dans un monde de dualité ou du moins que nous qualifions comme tel.

Prenons un exemple différent pour illustrer mes propos. 

Vous vous promenez, en plein mois d’aout, il fait 35°, le soleil brille dans le ciel. C’est super, il fait beau, vous êtes content mais la chaleur commence à peser. Vous repérez un arbre et vous allez vous loger dans son ombre pour faire redescendre votre température corporelle et éviter un coup de chaleur. L’ombre est essentielle, dans un paysage sans ombre, un jour comme celui-ci, ce serait invivable de rester sous le soleil indéfiniment.
En hiver, ce serait l’inverse et vous rechercheriez le soleil pour vous réchauffer.

Concernant la part de lumière et d’ombre que nous avons tous en nous, c’est le même principe. Notre part d’ombre, ce que nous appelons nos défauts, est utile pour mettre en lumière nos qualités et pour définir qui nous sommes. Elle est primordiale pour faire l’expérience de la vie humaine, de ce monde de dualité dans lequel nous nous incarnons pour évoluer.

     ★ Nous avons tous les défauts de nos qualités

     Nous recherchons souvent à être meilleur, à être plus patients, plus généreux etc…dans l’espoir de ne plus avoir de défaut.
Je vais être directe sur ce point, c’est impossible!
Bien sûr, certaines qualités et défauts sont plus présents chez certaines personnes que d’autres et c’est ce qui nous rend différents les uns des autres. Mais nous portons tous en nous, toutes les qualités et tous les défauts, c’est ce qui fait que nous sommes tous UN.
Nous sommes UN (une énergie) divisé en plusieurs êtres (plusieurs énergies de l’énergie unique).

   J’aborde ce point dans l’article que j’ai écris pour le blog de Valentine que vous pouvez trouver ici : Changer de regard sur la vie grâce à la spiritualité

 

Vous vous êtes sûrement déjà fait une réflexion de ce genre ou entendu quelqu’un qui dire ça : « Je suis généreux (ou n’importe quelle autre qualité) », comme si le fait de dire ça excluait que l’on puisse également être radin.

Ou bien : « Ah non, moi je ne suis pas du tout égoïste », comme si cela voulait dire que cette personne est toujours altruiste. Ce sont ce que l’on pourrait qualifier de fausses croyances sur soi-même. Car même quelqu’un que l’on pourrait qualifier d’altruiste parce que c’est ce qu’il montre la plupart du temps, a des moments d’égoïsme (et heureusement, pour son bien-être).

Je suis personnellement quelqu’un de patient et de calme et ce sont sûrement deux qualités que mes proches voient en moi.  Mais j’ai aussi des moments d’impatience, des moments de colère, que je montre bien moins souvent.

 

Les défauts sont aussi des qualités

 

     ★ Ne pas reconnaître les défauts de ses qualités, quelles conséquences ?

     Nous avons souvent des difficultés à reconnaitre nos défauts et parfois quand nous le faisons, c’est de la fausse modestie (dire un défaut que l’on a pour que la personne en face nous dise « mais non, tu n’es pas du tout comme ça » .)

Pourquoi ?

Parce qu’avouer ses défauts, c’est en quelque sorte avouer ses faiblesses, ses torts. Comme nous avons créé une société dans laquelle nous cherchons à être parfaits, ne pas faire de faute, ne pas vouloir être réprimandés pour quelque chose ou punis (en tant qu’enfant souvent), on se cache à nous-même nos défauts. On se ment souvent à nous-même.

 

   A lire : Et toi, quel masque portes-tu ?

 

Pourtant, je pense fortement que se mentir à soi-même est bien plus une faiblesse qu’une force. Ne pas admettre et voir ses défauts, c’est en quelque sorte, ne pas si bien se connaître.
Je pense que plus on se connait, plus on est capable, objectivement, de voir nos qualités et nos parts d’ombres et sentir quand ils entrent en scène. Plus on grandit dans la connaissance de soi-même et qu’on est à l’écoute de soi-même, plus on peut vivre la vie de manière agréable.

La projection sur l’autre

Si vous ne reconnaissez pas le fait que vous avez aussi les défauts de vos qualités même les plus grandes, vous êtes non seulement dans une sorte de déni mais ce déni vous conduit bien plus facilement à rejeter vos ombres sur les autres.
Je m’explique. 
Si vous êtes persuadé que vous êtes très généreux et que personne ne pourrait penser de vous que vous pouvez être radin, il y a de fortes chances que les personnes qui ne sont pas aussi généreuses que vous, vous agacent. Ce n’est pas parce que ces personnes sont à l’opposé de vous qu’elles vous agacent (ou pas uniquement pour cette raison), c’est parce que vous n’acceptez pas de voir cette même facette chez vous-même.
Comme vous ne la voyez pas chez vous-même parce que vous ne le voulez pas, vous la voyez chez les autres, de manière sûrement plus exagéré que ce qu’il en est en réalité.

Prenons maintenant les qualités  altruiste – égoïste.
Si vous êtes tout le temps dans un désir d’être généreux envers les autres, présent pour les autres, une personne qui ne l’est pas autant que vous parce qu’elle pense aussi à elle, peut vous insupporter également parce qu’elle vous ramène au fait que vous ne vous autorisez pas à prendre soin de vous-même.
Vous pourriez alors la voir comme une personne égoïste car vous voyez exagérément ce que vous ne voulez pas voir chez vous parce que vous considérez peut-être le fait d’être égoïste (même un peu) comme une faute de comportement.

Je n’ai pris que ces deux exemples de qualités car il fallait en choisir et je pense que ces exemples sont assez parlants pour beaucoup de monde mais cela s’applique bien sûr à toutes les qualités qui existent.

 

 

     ★ Accepter ses parts d’ombre

     Une fois que vous voyez que vous avez des parts d’ombre, que vous avez les défauts de vos qualités, il faut réussir à les accepter et ce n’est pas toujours facile. Si vous vous concentrez sur ce que vous voyez comme des défauts en vous, que vous mettez constamment le doigts dessus et que vous voulez aller à l’encontre de ces parties de vous, vous n’allez que les accentuer en les faisant exister davantage.

Mais alors, comment faire ?

Premièrement, mettez de côté votre désir de les éradiquer. Elles font partie de vous et de chaque humain sur cette planète.
Commencez simplement par les regarder et vous dire « OK, j’ai cela en moi. Cette part fait partie de moi, de mon identité ».
Plus vous allez vous dire cela à leur propos, plus vous allez les accepter, les comprendre et les gérer pour qu’elles ne se manifestent pas en excès.

Je vais prendre mon exemple pour finir cet article et illustrer mes propos. Je suis quelqu’un de calme mais j’ai des parts de colère et de tristesse.
J’ai longtemps essayé de me battre contre elles, je n’en voulais pas, je ne voulais pas me définir comme cela.
Petit à petit, j’apprends à les accepter de plus en plus, les identifier comme faisant partie de moi et surtout comme faisant partie de la même pièce que mon calme et ma bonne humeur. J’apprends à les détecter quand elles veulent se manifester, pour comprendre quel est le déclencheur et ne pas les laisser « exploser » mais les prendre à temps pour distiller l’émotion de façon plus douce.

     ★ Conclusion

     La difficulté est d’accepter autant ses parts d’ombre que de lumière mais croyez moi (si vous le voulez bien), ce n’est qu’à partir du moment où l’on commence à arriver à ce résultat que l’on répand sa propre lumière et que l’on s’accepte pleinement comme être humain en apprentissage. Nous sommes des êtres imparfaits et heureusement, sinon, nous n’aurions plus rien à apprendre de la vie 😉 

Et souvenez-vous : n’est un défaut que ce que l’on veut voir comme tel.
Tout est une question de dosage, d’équilibre.
Pensez-vous réellement que la patience par exemple, n’est qu’une qualité ? Dans certains contextes, ne peut elle pas être un défaut et l’impatience une qualité ?
Tout dépend des évènements, des moments dans lesquels nos qualités se dévoilent. C’est pour cela que je n’aime pas utiliser le mot « défaut ». Je pense que toutes nos parts d’ombre peuvent être des qualités et toutes nos qualités peuvent être des défauts. Tout dépend du moment où on les utilise et selon la dose à laquelle on s’en sert.
Enfin, pour deux personnes différentes une qualité peut être vue comme une part d’ombre pour l’une et une part de lumière pour l’autre. C’est selon leurs croyances, leurs blessures et l’évènement/le moment dans lequel ces qualités se dévoilent.

 

Quel rapport entretenez-vous avec vos parts d’ombre ? Avez-vous d’autres suggestions pour mieux les apprivoiser et les accepter ?

 

♡ Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et l’épingler sur pinterest.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

  1. Très belle réflexion sur la polarité négative/positive de toute chose. Personnellement, je n’accepte pas toujours de bon cœur ma part d’ombre, mais j’apprends à ne pas trop me noyer dedans et à voir la lumière derrière 🙂

    1. La part d’ombre est rarement facile à accepter, c’est un vrai travail. Mais quand on commence à y arriver et à voir davantage la lumière dedans, on se rend vite compte que c’est bien plus agréable de voir les choses sous cet angle 😉

  2. J’aime beaucoup ton article, écrit très clairement et tellement vrai !
    Plus précisément ce moment où tu dis que ce qu’on apprécie pas vraiment chez les autres, ça correspond à ce qu’on accepte pas de voir chez nous.
    J’ai remarqué ce fait il y a un moment maintenant et dès que quelque chose m’agace chez quelqu’un, je m’interroge et chercher pourquoi ça m’embête pour ensuite travailler dessus.
    Merci pour cet article
    A bientôt 🙂

    1. Merci pour ton commentaire, je suis ravie que mon article t’ai plu! 😀
      Oui l’effet miroir est un merveilleux révélateur de ce que l’on accepte pas chez nous même et quand on veut bien le voir et y réfléchir, c’est la porte ouverte à une belle connaissance de soi et à un possible travail sur soi 🙂
      A bientôt Céline 🙂

  3. Article très intéressant et plein de vérité. Oiyrla part, je considère que jai des defauts/qualités cest a dire qu’ils sont des défauts du point de vue de certains et des qualités pour d’autres. Tout est question de point de vue comme tu dis, comme la bouteille vue àmoitié pleine ou à moitié vide !

    1. Exactement, tout n’est jamais tout noir ou tout blanc et tout est une question de point de vue 😉

  4. Hello !
    Merci pour cet article dont le sujet est intéressant. Pour ma part, ma part d’ombre est un réel « atout » aujourd’hui. Je m’explique… Etant consciente de mes maux, j’essaie toujours de m’imaginer le positif en premier (un travail qui demande de l’exercice). Mon défaut c’est d’être hypersensible au point de m’être construit une carapace. Aujourd’hui, j’utilise mon empathie comme une arme.
    Belle journée.

    1. Superbe si tu arrives à utiliser tes « défauts » comme des qualités! Belle journée à toi aussi 🙂

  5. Ton article est très intéressant et pertinent ! On peut appliquer ce dont tu parles à des situations plus larges que nos défauts et nos qualités, il s’agit de reconnaître qu’une pièce est composée de deux faces et que l’une n’existe pas sans l’autre 🙂 Je t’embrasse Juliette !

    1. C’est tout à fait ça 🙂
      Merci pour ton petit mot ma belle,
      Je t’embrasse 🙂

  6. Très beau texte. J’essaie d’apprendre à mes enfants que personne n’est parfait et que tout le monde a des défauts mais ce n’est pas évident de respecter cette règle tous les jours !!!!

    1. C’est tellement important d’apprendre ça aux enfants dès leur plus jeune âge, c’est superbe que tu le fasses.
      En effet, ce n’est pas facile tous les jours mais tant qu’on y arrive la majeure partie du temps, c’est le plus important 😉

  7. Article intéressant qui fait réfléchir sur soi !

    1. Merci, je suis contente s’il a pu t’ouvrir des pistes de réflexion 🙂

  8. Honnêtement, je ne sais pas ce qu’il y a de positif dans ma susceptibilité pour moi ou pour d’autres ^^Mais sans doute que de cette susceptibilité est née une qualité : le travail sur soi, la capacité à prendre du recul.

    1. Quand on voit une partie de nous comme un défaut, on a souvent beaucoup de mal à voir ce qui est positif dedans, c’est normal, on nous a appris que c’est un défaut et que donc, c’est quelque chose de négatif.
      Concernant la susceptibilité, à partir du moment ou l’on en est conscient c’est un outil « merveilleux » pour voir ce qui nous affecte, ce qui déclenche cette réaction. C’est un révélateur de blessures 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *